Une interview posthume de Botul

Dans le numéro d’avril de “Philosophie Magazine” (n°38), cet extrait d’une inédite interview posthume de Botul :

“Je suis un philosophe de tradition orale et en tant que tel, j’aime choisir mes interlocuteurs, avoir mon public sous les yeux et échanger avec lui. Or, sous l’effet de la radio, et plus encore d’un nouveau média dont on commence à parler, la télévision, dont il existe déjà quelques dizaines de milliers de postes récepteurs aux Etats-Unis, je crains que cette proximité entre l’orateur et son public ne se perde. J’ai bien peur que la tradition orale ne se fonde dans le moule de la télévision et qu’on assiste à l’apparition de néo-sophistes. Bref, je redoute que la philosophie ne se transforme en un spectacle et qu’on voie apparaître des penseurs de tradition visuelle ! Mes discours sur la sexualité de Kant visaient à déciller les yeux d’une poignée d’intégristes. Mais, si vous les diffusez largement, si vous les balancez sur les ondes sans aucune précaution, vous risquez d’en accentuer la dimension spectaculaire. Or, voilà le pire des dangers qui guette aujourd’hui la philosophie : elle risque de devenir un art du cirque. Pour ma part, je préfère rester un cas particulier, un penseur marginal. M’exprimer devant un cercle restreint et amical me suffit. Je ne veux ni de botuliens, ni de botulisme”

 

 

 

Erreur de la base de données de WordPress : [Table 'botul.wp_comments' doesn't exist]
SELECT * FROM wp_comments WHERE comment_post_ID = '79' AND comment_approved = '1' ORDER BY comment_date

Laisser un commentaire